Quel est le lien entre l’agriculture et l’élevage ?

Dans les systèmes mixtes, les cultures et l’élevage sont intégrés dans une même unité de production.

Selon la FAO, à l’échelle planétaire, les systèmes mixtes produisent la plus grande part de la viande : 54 % et du lait : 90 % mondiaux.

Ils sont, de plus, dominants pour les petits éleveurs et agriculteurs des pays en développement.

A. Qu’est-ce que c’est ?

L’agroalimentaire associe les connaissances scientifiques à la pratique de la culture du sol pour la production de denrées alimentaires et l’élevage de bétail.

Ce secteur est la base de notre civilisation et est présent partout.

Nous sommes ce que nous sommes grâce à notre capacité à créer et à cultiver des êtres vivants à des fins humaines.

C’est une connaissance qui permet de créer des plantes, des algues, des champignons et des animaux pour en tirer des produits tels que des aliments, des boissons, des médicaments et du carburant.

Nous utilisons ces produits lorsque nous dormons : Draps en coton, lorsque nous prenons une douche : Savon, lorsque nous nous réveillons et nous habillons pour aller travailler, lorsque nous mangeons, lorsque nous utilisons du papier et, dans certains cas, même lorsque nous conduisons nos voitures si elles sont équipées d’un moteur flexible et d’un réservoir plein d’éthanol.

B. Plantes

Il est divisé en plusieurs types. 

1. L’agriculture industrielle 

Fondée sur l’utilisation intensive de techniques avancées telles que l’application d’engrais, l’irrigation artificielle, le croisement génétique, la lutte contre les parasites et les maladies à l’aide de produits chimiques et la mécanisation.

Environ 50 calories que la population mondiale consomme proviennent de ce type de production, qui est à l’origine d’une grande partie du blé, du maïs et du riz : qui représentent ensemble la moitié des calories consommées par les humains.

Ces monocultures représentent un risque sérieux pour la biodiversité, principalement parce que l’agriculture actuelle ne produit, à grande échelle, qu’une dizaine d’espèces de plantes.

L’agriculture industrielle est également responsable de la présence de pesticides dans l’environnement, d’une grande partie de la consommation d’eau potable sur la planète et des études, avancées et dangers générés par les modifications génétiques.

2. Agriculture biologique 

Système de production qui n’utilise pas d’engrais de synthèse, de pesticides, de régulateurs de croissance ou d’additifs synthétiques pour l’alimentation des animaux.

Elle valorise l’utilisation efficace des ressources naturelles non renouvelables, ainsi que l’utilisation des ressources naturelles renouvelables et des processus biologiques en accord avec la biodiversité, l’environnement, le développement économique et la qualité de la vie humaine.

3. L’agriculture de subsistance 

Cette activité agricole est destinée exclusivement à la consommation de la propre famille du producteur.

C. Bétail

Activité économique qui consiste à élever des animaux pour l’usage humain.

L’élevage de bovins peut être destiné à l’abattage ou à la production de lait, de laine, de cuir et d’autres matériaux.

Lorsqu’elle est ajoutée à l’agriculture, elle reçoit le nom d’élevage.

C’est une zone qui travaille surtout avec la création de quelques espèces, parmi lesquelles, les bovins, les chèvres, les ânes, les moutons et les cuniculaires.

a) Élevage biologique

Vise à obtenir une production qui maintient l’équilibre écologique et, en même temps, suit les normes établies par les institutions de certification.

b) L’élevage intensif 

Plus le nombre de têtes par hectare est élevé, plus la production est intensive et plus l’utilisation de la technologie est poussée.

Cette relation, que le bétail soit en liberté ou confiné, accroît les besoins en aliments, en pâturages cultivés, en eau et en travail vétérinaire.

Tous ces éléments sont des caractéristiques fondamentales de l’élevage intensif.

c) Élevage extensif de bovins 

Il peut s’agir d’une production bovine ou laitière.

Elle n’utilise pas les nouvelles technologies, a de faibles taux de productivité et les animaux vivent en liberté dans des zones où ils consomment des pâturages indigènes.

Ces animaux ne reçoivent pas non plus de vaccination ni de soins vétérinaires plus importants.